jeudi 12 avril 2012

Les nouvelles issues de l'univers d'Ambre de Roger Zelazny


Il aura fallu attendre quelques années avant d'avoir l'occasion de découvrir enfin les nouvelles issues de l'univers d'Ambre (1), la série à succès de Roger Zelazny, grâce au recueil Manna from Heaven, publié après sa disparition (2003). Nous chroniquerons ces nouvelles ici en un tout avant d'examiner les autres textes séparément.

Difficile de ne pas faire de spoiler, ni de chroniquer ces nouvelles hors de leur contexte "ambrien"  : elles s'adressent avant tout aux connaisseurs de la saga et ne peuvent se lire indépendamment au risque de s'y perdre. Les autres n'y comprendront sans doute rien.

La lecture de ces textes procurera par contre beaucoup de plaisir au fan qui retrouvera ses émotions de primo-lecteur intactes. De la nostalgie aussi et un peu de tristesse comme en ce jour de 1995 où nous apprîmes le décès de l'auteur. Car il n'y aura plus de suite possible.

! Attention : dans la mesure du possible, je traduirais librement les titres de ces nouvelles ci-dessous, non encore disponibles en français à l'heure actuelle. Dans chaque texte, la narration est faite à la première personne.


Le prologue aux atouts de la vengeance (Prologue from the Trumps of Doom)
Edité en 1985 pour une version limitée des atouts de la vengeance (cycle de merlin T1), cette courte nouvelle de 2 pages relate la traversée du Logrus par Merlin. Intéressante pour donner un aperçu au lecteur de l'expérience que constitue le passage de l'équivalent de la marelle.Ce texte se distingue des cinq suivants, se passant après le cycle de Merlin.

La légende du commercial (The Salesman's Tale - 1994):
Cette nouvelle raconte la fuite de Luke face à la Marelle, sa rencontre avec Vialle et la découverte d'une antique menace existant bien avant la confrontation entre la marelle et le logrus et mettant en cause les aiguillers (spikards).

Le cheval bleu et les montagnes dansantes (Blue Horse, Dancing Mountains - 1995) :
Nous retrouvons ici Corwin fuyant les courts du Chaos avec une monture intelligente et métamorphe, Shark, après son emprisonnement. Il sera témoin d'une étrange partie d'échecs entre Dworkin et Suhuy et apprend qu'il a un "rendez-vous avec le Hall des miroirs du château d'ambre".

Le shroudling et le Guisel (The shrouding and the Guisel - 1994) :
Une amie d'enfance de Merlin, Rhanda, surgit pour le prévenir d'une menace qui pèse sur lui en tant que prétendant du trône des Courts du Chaos : une bête particulière (résistante aux armes et insensible à la magie) a été envoyée pour le tuer à travers l'univers des miroirs.

A propos d'une corde (Coming to a cord - 1995)
La nouvelle décrit ce qui est arrivé à Frakir, le lacet étrangleur de Merlin, après que ce dernier l'ait abandonné au profit d'un aiguiller. Elle relate également une rencontre entre Luke, Flora et un mystérieux sorcier, entrant et sortant par des miroirss, poursuivit par une étrange bête appelée Guisel.

Le hall des miroirs (Hall of Mirrors- 1996) :
Ce texte décrit le retour de Corwin à Ambre et sa confrontation dans le Hall des miroirs avec Luke.

Un mot sur les cinq nouvelles postérieures au cycle de Merlin : elles gardent une certaine cohérence, à l'instar de Dilvish le damné et permettent de deviner en filigrane un tableau d'ensemble que l'auteur préparait pour la suite de son univers. La grande faucheuse le prendra alors qu'il collaborait avec Ed Greenwood sur A secret of Amber 2), la 6e des nouvelles, malheureusement non publiée dans ce recueil.

*****

    Alors pour qui ? Les fans d'Ambre doivent absolument se procurer ce recueil. C'est un ordre ! Les autres... Passez votre chemin.

    =====

    (1) Elles étaient pour partie éditées dans le fanzine "Amberzine" consacré à l'univers du maître, mais le coût des anciens numéros, dépassant allègrement les 100 $ sur amazon.co, refroidissait les ardeurs en matière de lecture
    (2) Editée dans : Amberzine 12-15, Mai 2005. Ici quelques allusions au sujet.

    2 commentaires:

    1. Bonjour,

      Je viens de relire le cycle de Merlin, et j'ai lu les nouvelles y'a quelques années.
      Prince du Chaos ne termine pas vraiment la série comme les Cours du Chaos terminait le premier cycle. On nous laisse dans un bordel sans nom, des intrigues dans tous les sens, deux aiguilliers qui débarquent on ne sait d'où, etc... Pour moi les nouvelles s'intègrent et complètent le cycle de Merlin, d'ailleurs on ne retrouve que des personnages qu'on a vus et revus dans les cinq tomes précédents : Merlin, Frakir, Luke, Vialle, Corwin...

      Les nouvelles soulèvent autant de questions qu'elles apportent de réponse, par conséquent les lire est surtout une frustration. On les a lues, avec plaisir, mais on est pas rasassié comme à la fin d'un Cours du Chaos, où l'ensemble fait un tout.

      Y'a aussi un truc qui me dérange dans la répartition entre les deux cycles : même si le personnage a changé, l'intrigue elle reste emboîtée, à la fin d'ailleurs Merlin explique à Luke que finalement Brand s'est fait baiser et que c'est pas entièrement un traître. En anglais y'a pas de découpage, c'est un bouquin d'un seul bloc et c'est peut être mieux ainsi.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Bonjour,

        Ma frustration a surtout émergée en pensant que l'on n'en saurait pas plus.

        Mon ressenti a donc été différent et j'ai vu les nouvelles comme une introduction à un nouveau cycle plus que comme le prolongement du deuxième :

        Le premier cycle est réalisé avec "une économie de moyens", plus symbolique : peu de personnages, d'artefacts magiques, lesquels sont plus des "extensions d'archétypes" (ex : Julian, le forestier avec son cheval extraordinaire, Corwin le chevalier avec son épée...).
        Les cours du chaos semblent même à un moment faire plonger le narrateur dans l'irréel : et si tout ceci était sorti de l'inconscient de cet homme qui plonge vers les cours du chaos ?

        Le second cycle passe à une "superproduction" : explosion du nombre de personnages, sorciers et objets magiques à profusion ...

        Les deux premiers cycles conservent ainsi une certaine polarité Ambre/chaos, même s'il y a l'amorce de pouvoirs anciens extérieurs et de personnages indépendants (pour combien de temps).

        Les nouvelles font émerger une nouvelle polarité avec le fameux mystère des miroirs. Une remise en question du "grand jeu" ? Je les vois donc plus comme l'amorce, la transition vers autre chose, mais nous n'en saurons pas plus...

        Les nouvelles voient quand même l'"apparition" de quelques nouveaux personnages déjà évoqués (comme osric ou finndo, je ne sais plus).

        PS : Je pense aussi que le premier cycle forme un tout bien construit

        Supprimer